Bigmammy en ligne

08 février 2018

L'honneur du samouraï, roman de David Kirk

musshi Miyamoto

honneur samourai

Fanatique de tout ce qui touche à l’histoire et à la civilisation nippone, je me suis ruée sur ce roman d’un jeune auteur américain. Tout en éprouvant rapidement une désagréable impression de « déjà lu ». Car ce livre raconte l’histoire d’un guerrier devenu légendaire, l’escrimeur Musashi Miyamoto (1584 – 1645) … dont les exploits furent retranscrits de façon magistrale en 1935 par Eiji Yoshikawa (le Victor Hugo japonais !), dans son célèbre ouvrage « La pierre et le sabre ».

Cet épisode de la vie mouvementée d’un jeune ronin vagabond se situe au lendemain de la bataille de Sekigahara à l’automne 1600, qui a vu la victoire du clan Tokugawa et de ses alliés sur la coalition menée par le clan Toyotomi. Faisant partie des vaincus, Musashi devrait, pour suivre le code de l’honneur ancestral, se suicider par seppuku. Mais il refuse cette logique qu’il juge absurde et choisit de vivre, et donc fuir, la rage au cœur, totalement opposé à cette tradition. En outre, il est pourchassé par l’école d’escrime Yoshioka de Kyoto, qui a envoyé à ses trousses un tueur car il aurait manqué de respect à l’un de ses membres.

Poursuites sur les toits, escarmouches, affrontements, membres sectionnés, lieux de culte violés … Mushashi est un solitaire qui n’aspire qu’à semer un chaos à travers lequel il se forge une philosophie personnelle et surtout découvre une technique de combat terriblement efficace. Totalement opposé à la doctrine qui impose de se suicider en cas d’échec, il va affronter seul les membres de la confrérie qu’il va vaincre l’un après l’autre, tel Horace, tuant sans remords ceux qui ne savent que suivre d’éternelles manœuvres promises à l’échec et pourtant reproduites mécaniquement, chacun d’eux courant à la mort, incapable de changer de tactique.

Ce faisant, le jeune Musashi ne se rend pas compte qu’il est manipulé par le représentant du clan Tokugawa, attentif à se débarrasser d’une secte opposée à la puissance du nouveau shogun.

La traduction n'est pas des meilleures mais le style est d’une grande simplicité, calibré pour être à la portée du jeune public. Si l’on fait abstraction des longues digressions philosophiques sur les états d’âme du héros, on suit avec intérêt les descriptions imagées des combats au sabre. On se croirait devant un film d’action, ou mieux un anime d’une violence inouïe. La scène finale est d’une cruauté fantastique. Bien entendu, le héros et ses acolytes sortent indemnes de cet épisode … Musashi Miyamoto a encore une longue carrière devant lui, qui donnera l’occasion à son auteur de plusieurs autres romans. Quant à moi, je préfère rester sur les impressions inoubliables des livres de Dale Furutani (La promesse du Samouraï) ou même de la saga de Lian Hearn (le clan des Otori).

 

L’honneur du samouraï (Sword of Honour), roman de David Kirk traduit de l’anglais par Marina Boraso, édité chez Albin Michel – 522 p., 22,90€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire