Bigmammy en ligne

19 novembre 2019

Le faubourg des diaboliques, roman historique de Philippe Grandcoing

 

faubourg

Deuxième épisode des enquêtes d’Hippolyte Salvignac et de son compère l’inspecteur Jules Lerouet, dans le Paris du début du XXème siècle.

L’intrigue se déploie entre la maison familiale de Martel, la boutique d’antiquités confiée désormais à un rapin adepte de l’art moderne naissant, une descente dans le midi viticole …

Hippolyte est un garçon très distingué, à la petite quarantaine, il commence doucement à s’empâter, jouit d’une certaine aisance lui permettant de rester maître de son emploi du temps. Il aime les jolies femmes et apprécie de plus en plus les montées d’adrénaline que lui apporte sa collaboration épisodique et bénévole à la police moderne que veut mettre en oeuvre Clémenceau.

Mais voilà qu’il est accusé de meurtre : le mari de la maîtresse avec laquelle il a rompu quatre mois plus tôt a été retrouvé lardé de coups de couteaux dans une rue mal famée de Montmartre.

Malgré ses accointances les plus hautes autorités de l’Etat, il aura toutes les peines du monde à prouver sa bonne foi tandis qu’un autre innocent est accusé bientôt à sa place.

Hippolyte fréquente désormais les artistes novateurs du Bâteau-lavoir – en particulier Derain, Juan Gris et Picasso, mais aussi Max Jacob et Guillaume Apollinaire – et découvre les charmes de l’art « nègre » et des correspondances avec l’art sacré dont il est spécialiste.

Les investigations du duo Salvignac-Lerouet vont les conduire en Sologne, à la recherche du père biologique de Jules, puis à Collioures vers la lumière et la mer avec André Derain, le colosse … Mais ils y retrouveront le tumulte de la révolte des vignerons, conduits par « Lou Cigal » Marcelin Albert. Des émeutes de la faim qui ressemblent à s’y méprendre à celles que nous connaissons chaque samedi.

Entre maisons de tolérance chics et assommoirs enfumés, riches quartiers de l’aristocratie autour de la rue de Babylone et pavillons de chasse, recherche en bibliothèque pour retrouver des armoiries, les épreuves ne manquent pas …

On en apprend de belles sur cette époque : la découverte des arts primitifs et la naissance de l'art moderne, le scandale de Panama et les "chèquards", la guerre des polices, les vins frelatés, la mutinerie des troupes devant maintenir l'ordre !

 

Le Faubourg des diaboliques, roman historique de Philippe Grandcoing, édité ches De Borée, collection Vents d’histoire, 290 p., 19,90€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Merci encore pour vos références bibliographiques, je lis actuellement des ouvrages de Jean-Christophe Portes.
    Bonne journée

    Posté par Jauneyris, 19 novembre 2019 à 12:42

Poster un commentaire